PARITÉ HOMME / FEMME : image et présence de la femme dans les supports audiovisuels et cinématographiques au Maroc

La question de la présence et de l’image de la femme dans les médias en général, et dans les supports audiovisuels ; cinéma ; télévision et particulièrement dans la fiction marocaine, n’est pas tellement une question quantitative, mais surtout une question qualitative.
En effet, sur le plan quantitatif, on peut constater que cette présence respecte la parité homme/femme, voir la dépasse parfois en faveur de la femme. En témoigne le nombre de personnages féminins existants dans la fiction marocaine, qui souvent, est plus important que le masculin.
Mais cette présence foisonnante est-elle réelle et consistante ou simplement une présence de façade ?
En revanche, c’est au niveau qualitatif que cette parité n’est pas ou peu respectée. Car, si l’on considère que les supports audiovisuels dans notre pays constituent un miroir de la société qui reflète sa composition et ses contradictions, nous constaterons que l’image de la présence féminine est le parfait reflet de sa situation dans la société.
Souvent, cette image est la retranscription des clichés que se fait la mémoire collective de la femme au Maroc. Qui la considère comme un élément sociétal de soumission, de suivisme, d’objet de désir, de convoitise, de malice et d’espièglerie et facteur de plaisir et de consommation par l’homme.
Cette déformation et discrimination commencent dans l’imaginaire de l’écrivain et du scénariste, eux-mêmes composantes du tissus social qui, en dessinant leurs personnages féminins cèdent souvent aux clichés du rôle rétrograde, selon eux, de la femme dans notre pays. Par conséquence, l’image qui sera traduite à l’écran de ces personnages sera conforme au contenu qui leur aura été donné dans les scénarii.
Le profil des personnages féminins dans la fiction audiovisuelle est souvent celui de la femme rurale ou citadine au foyer, qui joue le rôle de la femme soumise, dans les meilleurs cas de femme qui soutient l’homme, le producteur et le protecteur du foyer, du couple ou de la famille.
Rares sont les écrivains et scénaristes qui s’intéressent et, qui mettent en relief le rôle positif et dynamique que joue cette femme dans le développement de la société. Celui du personnage qui est l’égal de l’homme, ou qui aspire à l’être, qui a la même force de caractère que lui, et qui joue un rôle égalitaire sur tout les plans ; social ; familial ; économique et même charnel. Rares sont également les réalisateurs qui vont accentuer ce rôle dans la fiction qu’ils vont réaliser et mettre en scène.
En réalité cette image accompagne l’évolution de la société et le regard que celle-ci pose sur la moitié de sa composition. Tant que la femme continue d’être considérée comme un tabou dans la société, son image dans les médias, surtout audiovisuels, continuera à refléter ce tabou.
Le changement et la transformation de ce déficit ne peuvent provenir que du changement de cette mentalité et de ce regard de la société. A ce titre, la femme a certainement un rôle intrinsèque à jouer dans ce changement. En imposant son nouveau statut que lui permet dorénavant la constitution aussi bien sur le plan juridique que sociétal.
Ce parcours, sensé être un combat quotidien, doit se déployer sur tous les fronts, politique, social, économique, culturel, artistique et relationnel, non seulement avec l’homme, mais l’ensemble des constituants de la société.
Tant que la société considère que la place de la femme est en face de l’homme et non pas à ses cotés, cette image ne pourra pas s’améliorer !
Partout ailleurs, la femme a combattu pour obtenir cette parité. Des fois elle a mis des années, des décennies pour y arriver. Au Maroc, ce combat a commencé timidement au lendemain de l’indépendance, il s’est accéléré depuis le nouveau code de la famille, il appartient à tous et à toutes de le conforter de le traduire dans l’acte quotidien de la vie de notre société.
Le droit ne se donne pas, il s’obtient !
Saâd Chraïbi
Intervention lors de la 12ème édition du Festival International du Film de Femmes de Salé (FIFFS) qui a eu lieu du 24 au 29 septembre 2017.

Merci de partager cet article !